devis assurance auto pas chère

Auteur : La rédaction Devis Assurance Auto     -     Mise à jour : 77 jour(s)
Devis assurance auto pas chère

Minimiser le cout de l’assurance auto est un impératif pour la plupart des automobilistes. Il existe différents leviers pour abaisser le montant de la prime tout en bénéficiant d’une couverture adaptée à sa situation. La comparaison de devis d’assurance auto pas chère est une solution simple, rapide et efficace pour trouver cette couverture idéale.

Comment trouver une assurance auto moins chère ?

Pour la plupart des ménages, les dépenses liées à l’automobile pèsent lourd sur le budget. Chacun cherche ainsi des solutions permettant de réduire le montant de leurs cotisations. Mais attention, payer son assurance auto moins cher ne signifie pas systématiquement choisir le contrat associé à la prime la plus faible. En effet, une formule économique est souvent synonyme de garanties très limitées ou de franchises élevées. Donc, en cas de sinistre, l’assuré se retrouve avec des dépenses exorbitantes à sa charge. Les « économies » réalisées sur la cotisation à court terme ne compensent pas les éventuels couts à long terme.

Le meilleur moyen de faire baisser le montant de la facture consiste à comparer plusieurs offres satisfaisant à son profil et ses besoins et à sélectionner la formule la moins onéreuse. Un comparateur de devis d’assurance auto en ligne est l’outil idéal pour une mise en concurrence des contrats disponibles sur le marché, quelle que soit sa situation. Il suffit de remplir un questionnaire concernant le conducteur (âge, lieu de résidence, ancienneté du permis, profession, antécédents en tant que conducteur, etc.) et le véhicule à assurer (modèle, date de première mise en circulation, puissance fiscale, type d’usage prévu, lieu de stationnement, etc.).

Un comparateur a accès à un large éventail d’assureurs et à l’ensemble de leurs contrats, y compris les éventuelles offres promotionnelles. En outre, le futur assuré n’a pas à se déplacer ou faire le tour des sites des compagnies pour trouver son bonheur. C’est une solution pratique, simple, rapide et sans engagement puisque l’internaute n’a aucune obligation de souscrire à l’une des propositions affichées. Même les profils considérés « à risques » par les assureurs comme les jeunes conducteurs, ou encore les automobilistes malussés ou qui ont déjà été résiliés.


>> CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR VOTRE DEVIS GRATUIT <<

Pour gagner du temps et faire le bon choix, une bonne préparation s’impose. En premier lieu, il est important de connaitre ses besoins en matière de couverture. La formule tous risques n’est pas forcément indispensable, la plupart du temps, il est plus pertinent de se tourner vers une assurance au tiers assortie de garanties complémentaires.

Par ailleurs, il faut aller à la chasse aux doublons de garantie. En effet, d’autres polices d’assurance (multirisque habitation, santé, cartes bancaires…) comprennent parfois les garanties « assistance » et « protection juridique ». Le cas échéant, il fait exclure ces protections de son contrat d’assurance auto ou en demander la résiliation à l’assureur.

Comment comparer les devis assurances auto pour payer moins cher ?

Un bon contrat d’assurance auto comprend les garanties adaptées aux besoins de l’assurance, sans options inutiles et au juste prix.

La formule basique, qui n’inclut que la responsabilité civile, c’est-à-dire la couverture des dommages matériels et corporels causés à un tiers, est la moins couteuse. Elle convient particulièrement aux propriétaires de véhicules anciens faiblement cotés (plus de dix ans). En effet, il n’est plus nécessaire de payer une prime élevée pour une voiture qui n’a plus de valeur.

Mais une formule basique signifie que l’assuré responsable de l’accident et son véhicule n’obtient aucune indemnisation. Il est donc conseillé de passer à une formule intermédiaire (ou tiers étendu) souscrire des garanties supplémentaires comme la garantie du conducteur, les garanties vol, bris de glace et incendie ou encore l’assistance. L’assurance tous risques n’est vraiment utile que pour protéger une voiture haut de gamme neuve.

Pour les petits rouleurs, il est préférable de choisir une assurance au kilomètre puisque l’utilisation ne justifie pas l’adhésion à un contrat tous risques.

En plus, au moment de la comparaison, au-delà du simple montant de la prime, il faut s’intéresser à plusieurs points clés, le contenu et le prix des contrats peuvent varier sensiblement. Certaines garanties intégrées d’office dans les propositions des uns sont parfois en option chez d’autres. De même, à prix similaire, les assurés n’ont accès qu’à une assurance au tiers étendu auprès d’un organisme contre une assurance tous risques ailleurs.

Les points suivants font partie des détails à vérifier :

  • les franchises et plafonds d’indemnisation : elles correspondent aux sommes restant à payer par l’assuré en cas de sinistre. Plus elles sont faibles, plus la prime est faible, mais lorsqu’un accident survient, la part de l’assureur est minime, ce qui signifie pour l’assuré une dépense plus importante pour se soigner, réparer son véhicule, etc. ;
  • les modalités de remboursement ;
  • la date de prise d’effet des garanties.

Qui peut bénéficier d’une assurance auto pas chère ?

De nombreux profils de conducteurs peuvent trouver sans difficulté une assurance auto pas chère.

  • Les automobilistes assurés depuis au moins deux années consécutives, ayant un bonus à 0,50, et qui n’ont pas eu d’accident responsable au cours de la période.
  • Les conducteurs ayant un coefficient de réduction bonus-malus est de 0,50 depuis un an au minimum et possédant une ancienneté de permis suffisante peuvent accéder à des rabais conséquents auprès de nombreux assureurs, quelle que soit la formule souscrite.

D’autres leviers existent pour diminuer son budget d’assurance auto tout en bénéficiant d’une couverture sur mesure :

  • S’adresser à un assureur en ligne : grâce à des couts de fonctionnement inférieurs à ceux des établissements traditionnels, ces acteurs sont en mesure de proposer des tarifs plus avantageux à niveau de couverture équivalent.
  • Regrouper ses différents contrats (habitation, santé, auto) auprès d’un assureur, surtout pour les automobilistes ayant de bons antécédents permet de négocier un prix plus intéressant.
  • Adopter un comportement prudent au volant et ne pas déclarer de sinistre donnent droit chaque année à un bonus de 50 % qui influe sur le montant de la prime d’assurance auto. De plus, après plus de deux ans de bonus et sans sinistre, il est possible de faire annuler un éventuel malus, pour se voir proposer dans le futur un prix plus attractif.

Avec une « assurance connectée », le véhicule est doté de capteurs qui enregistrent les données de conduite (vitesse, accélérations, freinages, prise de virage…). Une conduite responsable permet d’économiser jusqu’à 30 % sur la prime.

  • Choisir judicieusement le véhicule, car les assureurs font payer plus cher pour les modèles neufs, très performants ou polluants. Les compagnies se réfèrent en permanence aux statistiques relatives aux véhicules impliqués dans les différents types de sinistres. Pour payer moins cher, il vaut mieux acheter une voiture plus ancienne affichant un certain nombre de kilomètres au compteur ou un modèle d’occasion peu puissant et respectueux de l’environnement.
  • Parrainer un proche ou se faire soi-même parrainer pour profiter de remises sur sa prime ou sur des garanties additionnelles.
  • Privilégier un paiement annuel de la prime afin d’éviter la majoration généralement applicable aux règlements mensuels ou trimestriels.
  • Réviser les franchises : à l’issue d’une longue période sans accident, il est possible de négocier l’augmentation de la franchise afin de faire baisser le montant de la cotisation. Toutefois, il ne faut pas aller au-delà de 500 euros à 600 euros de franchise afin d’éviter de payer plein pot en cas d’incident.
  • Renégocier son contrat à chaque échéance en l’absence de sinistre responsable ou le résilier en faisant jouer la loi Hamon et en changer au profit d’une offre plus compétitive. C’est également le moyen d’adapter sa couverture à toute nouvelle situation : déménagement, hausse de la distance annuelle parcourue, changement de véhicule…
  • En cas d’accident responsable ayant causé de petits sinistres, s’arranger avec l’autre partie afin d’éviter la déclaration à l’assurance et faire grimper son malus, d’autant que la réparation est plus rapide si elle ne passe pas par le processus classique impliquant la compagnie.
  • Installer un système antivol performant comme un verrouillage du volant ou une alarme est conseillé pour rassurer l’assureur et l’inciter à accorder une réduction.

Les jeunes conducteurs sont un profil très spécifique. Considérés comme des conducteurs à risque, ils se voient systématiquement facturer une surprime qui commence à 100 % du tarif de référence la première année avant de diminuer à 50 % et 25 % respectivement les deux années suivantes et de disparaitre au-delà de la troisième année. Outre les astuces communes à tous les automobilistes, ces conducteurs débutants peuvent recourir à d’autres techniques.


>> CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR VOTRE DEVIS GRATUIT <<
  • Passer son permis dans le cadre de la conduite accompagnée : cette expérience préalable rassure les compagnies, qui consentent en conséquence à diviser la surprime par deux dès la première année.
  • Se faire inscrire en tant que conducteur secondaire sur le contrat des parents ou du conjoint afin de gagner en expérience et accumuler du bonus. La seule contrainte est de ne rouler que de façon occasionnelle afin de ne pas dépasser l’usage fait par le conducteur principal.
  • S’adresser à l’assureur des parents pour profiter d’une remise d’environ 10 % sur leur cotisation.
  • Si le conducteur débutant parcourt moins de 10 000 km par an, une assurance au kilomètre est plus pertinente qu’une formule classique. À condition de ne pas dépasser le plafond fixé à la souscription (la note pour le surcout est salée), cette option permet de réaliser des économies substantielles.
  • Plus que tous les autres automobilistes, les jeunes conducteurs doivent prendre un véhicule à faible valeur et peu puissant pour commencer, car certains assureurs refusent purement et simplement de les couvrir pour un véhicule haut de gamme.

 

Ces contenus pourraient également vous intéresser

Cliquez ici pour obtenir votre devis gratuit dès maintenant

Cliquez ici pour obtenir un devis gratuitement !